3A)CREER UN COMITE DE « SEDUCTION COMMERCIALE »
3B)ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DE LA SILVER ECONOMIE
3C)FAVORISER LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DES ENTREPRISES LOCALES
3D)PROMOUVOIR LA REPRISE D’ENTREPRISE
3E)ADAPTER L’HEBERGEMENT A L’EVOLUTION DES PROJETS SUR LE TERRITOIRE

Plan d'action 3A du groupe 3

•   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)
 
Action 3A : Copilotes Dominique CHUFFART (SNCF Développement) et Xavier COLSON (Cabinet ALTHIMA)
 
-   Créer un fichier des offres foncières globales partagées avec des couches superposées :
Aube Développement dispose déjà du bâti et du non bâti. Il manque donc l’offre commerciale.
 
-   Connaître la volonté politique du territoire :
Enquête par un cabinet spécialisé des élus et leaders départementaux et régionaux pour avoir leur vision du développement économique de notre bassin d’emplois : budget estimé entre 12 et 26.000 €.
Les élus précisent qu’ayant des objectifs différents, il sera peut-être délicat de donner une idée globale sur le territoire.
Le COPIL donne son accord de principe pour la réalisation de cette enquête, mais il appartiendra au Groupe IV d’analyser la partie budgétaire.
 
-   Créer une école de formation de pilotage des drones :
Projet d’école de formation pour professionnels pour apprendre à piloter des drones. Marché du drone en forte évolution, notamment dans le secteur de l’agriculture.
Projet innovant qui peut aller au-delà de notre bassin d’emplois et intéresser la Région et la Grande Région qui recherchent de nouvelles formations avec les chambres consulaires et les professionnels. L’intérêt de passer par la GTEC est peut-être d’émerger un brevet professionnel pour utilisation des drones. Il faut mettre en lien ce projet innovant avec les intervenants de la formation sur une structuration pédagogique. Pourquoi ne pas conjuguer également une recherche d’implantation d’une entreprise qui fabrique des drones ?
L’enjeu de la GTEC est de mettre en évidence les vecteurs d’attractivité et d’innovation. L’intérêt est que le travail de réflexion produit fasse émerger des projets qui auront leur propre vie.

Pour le financement de ces projets, il y aura d’autres moyens que le budget de la GTEC. Il ne faut donc pas freiner les projets, les financements pouvant être trouvés en se coordonnant entre l’UPREN, porteur de la GTEC, l’Europe, l’Etat, la Région et les collectivités locales. La convention SNCF Développement constitue une opportunité d’avoir des financements supplémentaires, qu’il faut étudier avec tous les partenaires.
Comment pérenniser un organe économique sur le territoire qui pourrait recueillir les projets ?
Peut-être que ces projets pourraient être transférés à l’UPREN ? Il faut effectivement trouver un pilote chargé de les faire vivre en lien avec les acteurs réunis autour de la GTEC.
Interrogé en sa qualité de Vice-président de l’UPREN, Monsieur ROSSIGNOL indique que cela fait effectivement partie du rôle et de l’arbitrage de l’UPREN, mais qu’il faut obtenir au préalable l’approbation de ses organes décisionnaires (Bureau, Comité exécutif et Assemblée générale).

Plan d'action 3B du groupe 3

 •   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)
 
Action 3B : Pilote Doris VERMIGNON (AFPA)
 
L’UPREN est adhérente au GERONTOPOLE de Reims qui œuvre dans le domaine de la SILVER ECONOMIE.
Cette sous-commission « souffre » car le thème s’avère très large, dans la mesure où il concerne aussi bien l’habitat, que les loisirs, le tourisme, les transports, l’alimentation spécifique, l’assurance, l’assistance téléphonique… Il faut donc se recentrer sur le secteur économique du « grand âge » qui est moteur d’emplois et ne pas s’éloigner du livrable.
L’un des intérêts est qu’il y a « des clients », notre bassin de vie étant touché par le vieillissement et aujourd’hui peu appréhendé par les notions transversales sur le territoire. Population en demande et dont on ne se préoccupe pas trop.
Selon la DIRECCTE, l’enjeu est d’intégrer des emplois sur le territoire en s’appuyant sur les initiatives qui existent déjà et en associant les acteurs qui sont liés à ce thème.
Parallèlement, il est proposé d’organiser une visite du laboratoire de recherche de l’UTT de Troyes qui conçoit un aménagement de l’habitat complètement innovant avec toutes les technologies nouvelles connectées pour l’hébergement collectif ou individuel.

Un appel à candidature est lancé auprès des membres du COPIL pour rejoindre Doris VERMIGNON sur ce groupe action. 
 

Plan d'action 3C du groupe 3

•   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)

Action 3C : Copilotes Anne CORSO (CNPE de Nogent) et Didier FEVRE (Cabinet ANAU)
 
En complément des travaux du groupe action 3A.
 
-   Dresser une cartographie des entreprises des 3 filières d’excellence recensées sur le territoire : agroalimentaire, énergie et bâtiment ;
 
-   Enquêter auprès des autres entreprises locales pour la compléter, pour connaître leurs besoins en formation et les initier à la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) :
Il est rappelé que le forum « entreprises » du 15 juin, organisé par la centrale nucléaire de Nogent en collaboration avec les CCI et l’UPREN, matérialise bien l’attachement d’EDF à vouloir travailler avec les entreprises locales et à faire fonctionner l’économie de proximité.
Il faut également attirer les jeunes générations par l’économie circulaire (économie du recyclage).
 
-   Transférer le dossier de la fibre aux collectivités :
Initialement attribué à cette commission, il est proposé d’écarter le thème de la fibre, puisque ce sujet est porté par toutes les collectivités pour sa classification en « intérêt général ».
En revanche, même s’il est sorti du champ d’action de la GTEC, il est néanmoins opportun de faire savoir que ce dysfonctionnement représente une menace au niveau économique pour les projets potentiels d’implantation sur la zone AEROMIA. Il semblerait que ce problème concerne davantage l’aspect financier des nouvelles installations par les opérateurs que l’aspect technique puisqu’il y a montée en débit et montée en fibre. Tous les sous-centraux sont équipés. Il n’y a que les élus qui ont le pouvoir de répondre sur ce sujet.

Deux pistes de réflexion sont néanmoins avancées :
.    Mettre en place un système de coworking : il s’agit d’une forme de télétravail en dehors du lieu traditionnel de l’entreprise dans un bâtiment dédié, mais notre territoire a-t-il une taille suffisante pour avoir ce type de bâtiment ?
.    Créer 2 ou 3 zones équipées du haut débit pouvant accueillir de nouvelles entreprises.
Ce dysfonctionnement pose également problème pour les formations dispensées à distance et pour les vidéoconférences organisées dans les entreprises.
 
-   Transférer le dossier de la ligne 4 aux collectivités :
Au même titre que le haut débit, la ligne 4 est un thème stratégique pour le territoire. Le dossier semble avancer favorablement. Le système d’électrification devrait être installé après le rehaussement de certains ponts. Le changement de matériels ferroviaires devrait améliorer aussi la qualité du trafic. Il faudrait que les horaires des trains correspondent bien aux besoins des entreprises et des salariés.
Il conviendrait également d’organiser des navettes au départ des gares de Nogent et de Romilly pour desservir les entreprises locales, et/ou développer l’Autolib ou le Vélib.  Ce thème pourrait alors être rattaché à l’attractivité du territoire, dans la mesure où ces systèmes de mobilité pourraient répondre aussi bien aux besoins des entreprises qu’à ceux des habitants, en général.
 

Plan d'action 3D du groupe 3

•   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)

Action 3D : Copilotes Pierre PONT-COSSON (ECS GROUPE SERVICES) et Georges BELL (USSE)
 
Il s’avère très compliqué de mettre en lien les cédants d’entreprise et les repreneurs pour des raisons de confidentialité, malgré l’existence d’un certain nombre d’intervenants qui œuvrent en la matière.
 
-   Jouer le rôle d’intermédiaire entre les cédants et les repreneurs potentiels :
La sous-commission propose que l’UPREN joue le rôle d’intermédiaire sous couvert d’un accord de confidentialité signé avec l’UPREN.
 
-   Communiquer sur l’existence d’un comptoir local :
La sous-commission propose :
.    L’envoi d’un courrier aux acteurs qui interviennent dans le domaine de la reprise et de la transmission de sociétés, tels que les syndicats patronaux, clubs professionnels, accompagnants financiers, cabinets professionnels, notaires, chambres consulaires, Pôle Emploi, grandes écoles… ;
.    Le référencement sur le site de l’UPREN avec un lien à partir de Google ;
.    La création d’une affiche annonçant l’existence d’un comptoir local et la démarche à suivre.

Le COPIL donne son accord à l’unanimité pour l’envoi d’un courrier signé par l’UPREN, ainsi que pour l’intégration d’une page dédiée sur le site de la GTEC et la création d’une affiche. 

Plan d'action 3E du groupe 3

•   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)

Action 3E : Co-pilotes Véronique GRAND (CNPE de Nogent) et Rieule MAHOT (Office du Tourisme)
 
Le 1er postulat était que le grand carénage prévu à la Centrale nucléaire de Nogent à partir de 2017 allait susciter d’importants besoins en matière d’hébergement, mais le 2ème postulat est que le besoin ne sera pas aussi significatif que prévu.
 
-   Retravailler sur les besoins liés à la saisonnalité et au tourisme, et sur le manque d’hébergements permanents en moyen et haut de gamme :
Au regard de l’Etat, cette problématique est très importante pour l’attractivité du territoire. Il y a là un enjeu dont les collectivités locales se saisissent. Il faut encourager la création de zones résidentielles et de zones réservées aux entreprises et promouvoir des logements qui soient en adéquation avec les besoins.

Il faut s’interroger sur la volonté de montée en gamme, le collectif haut de gamme manquant également sur notre territoire. Ce point est à creuser, car il pourrait concerner une demande des cadres recrutés par des entreprises locales qui souhaitent emménager sur le bassin. Le manque d’hébergement correspondant à leur attente pourrait constituer un frein à leur installation. Une enquête à ce sujet pourrait être faite auprès des entreprises locales pour avoir un retour sur leur vécu et les difficultés rencontrées, avec une grille d’analyse permettant de mettre en place les mesures correctives.
Ce besoin n’a peut-être pas été suffisamment analysé lors du diagnostic. Il faut être en capacité de réunir les données relatives à l’offre de logements et leur typologie sur le territoire. Il pourrait être intéressant de trouver, en la matière, les données d’un territoire ayant le même profil que le nôtre avec une répartition par type des logements.
Parallèlement, une enquête pourrait être menée auprès des nouveaux arrivants sur le territoire lors des cérémonies d’accueil organisées par les mairies, pour lister les demandes de logements qui n’ont pu aboutir et les raisons de ces échecs.
 
-   Elargir la sous-commission aux acteurs œuvrant dans le domaine de l’hébergement :
Une réunion pourrait être organisée en associant de nouveaux membres au groupe action pour recenser leurs problématiques et le parc d’hébergements disponible : maires, présidents des communautés de communes, bailleurs sociaux, agents immobiliers, notaires, investisseurs privés, entreprises locales, MSA services…
Cette idée est partagée par le groupe I. Une réunion de coordination semble nécessaire entre les copilotes du groupe I (hébergement permanent) et du goupe III (hébergement courte durée). 

Ordre du jour - 1ère réunion du Groupe III - Jeudi 4 février 2016 à 9h00

 

 
 
• 9 h 00 : Accueil des Membres du Groupe Action
  
•  9 h 15 : Rappel des enjeux, composition, calendrier
           
• 9 h 45 : Détermination des axes prioritaires à traiter (lettre de mission, appuis au groupe…)
 
 • 11 h 00 : Méthode de restitution des travaux, fréquence, délégation, budget…
 
 • 11 h 45 : Date et lieu de la prochaine réunion
 

 

  
•   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)
 
 
Action 3A – Créer un comité de « séduction commerciale », à l’échelon de l’arrondissement, ayant pour activité de recenser tous les projets d’entreprises en recherche d’une zone pour s’implanter (Pilotes : Dominique CHUFFART et Xavier COLSON) 
  • A l’image de l’Office du Tourisme, créer un Office de l’Economie à l’échelle de l’arrondissement pour le promouvoir et accompagner l’installation de nouvelles entreprises sur celui-ci en faisant valoir nos atouts, de manière à créer de la valeur ajoutée sur le territoire (création d’un outil agrégeant les forces vives)
  
Action 3B – Accompagner la croissance de la SILVER économie (identifier les cibles potentielles de personnes qui peuvent faire évoluer les choses et les faire travailler ensemble) ; relai de croissance et développement du secteur du service à la personne (Pilote : Doris VERMIGNON)
  • Travailler le secteur économique du « grand âge » (hébergements (adaptabilité de l’existant ou création dans le neuf), service à la personne, innovation technique) ; création de places de structures d’hébergement pour les personnes âgées en partenariat avec les bailleurs sociaux ou acteurs privés dans un esprit intergénérationnel (lien social et équilibrage général)
  
Action 3C – Favoriser le développement économique des entreprises locales (Pilotes : Anne CORSO et Didier FEVRE)
  • Séminaires de chefs d’entreprise pour se connaître et créer des visites d’entreprises  intersectorielles ou faire connaitre leurs métiers auprès des jeunes
  • Base de données territoriale par secteur d’activité pour afficher la diversité économique et optimiser les leviers d’actions (densifier l’économie circulaire) 
  • Groupe d’échanges entre les grandes entreprises et les TPE (ex : ALIZEE) sur des thèmes bien précis (formation : réserver quelques places pour les TPE au sein des formations réalisées dans les grandes entreprises, marchés locaux, montée en compétence pour accéder à certains marchés)
  • Soutenir le projet d’électrification de la ligne Paris-Bâle et la régularité des dessertes Romilly-Nogent-Paris, le développement du très haut débit (entreprises de demain, télétravail) et promouvoir l’intérêt du passage à grand gabarit de la Seine 
  • Accompagnement des entreprises sur des marchés innovants (binôme étudiant (jeunes ingénieurs, doctorants) / entreprise, avec des coûts intéressants et des aides possibles du Conseil Général)
  • Action collective d’accompagnement des entreprises (TPE, PME) pour stimuler les carnets de commandes, pour dynamiser le niveau d’activité des entreprises sur de nouveaux marchés, pour contrer cette atonie actuelle ; action plus proactive sur l’attractivité du territoire et faire naître de l’innovation technologique (investissement d’avenir) : International, Achats et Intelligence économique.
  
Action 3D - Promouvoir la reprise d’entreprise (Pilotes : Pierre PONT-COSSON et Georges BELL)
  • Travail sur l’accompagnement des reprises d’entreprise comme opportunités de faire revenir les jeunes, attirer des cadres souhaitant passer à l’entreprenariat dans l’optique de pérenniser ces activités sur le territoire 
  • Ajouter un module « reprise d’entreprise » ou « innovation » lors de la permanence hebdomadaire des consulaires à la pépinière d’entreprises (de plus en plus de rendez-vous mais souvent pour des projets d’autoentreprise), bourse de reprise territoriale en lien avec les écoles supérieures ou d’apprentissage, contrats de génération 
  • Encourager la reprise d’entreprise à l’occasion des différents salons organisés sur le territoire (liste des entreprises à reprendre, témoignage d’une reprise réussie, CCREA)
  
Action 3E - ADAPTER L’HEBERGEMENT A L’EVOLUTION DES PROJETS SUR LE TERRITOIRE (Pilote : Véronique GRAND du CNPE)
  • Rééquilibrer la gamme de l’habitat disponible, l’adapter aux projets d’ampleur (logements sociaux / logements plus haut de gamme pour éviter la fracture sociale et le décrochage)
  • Politique publique de peuplement en cours : demande auprès des bailleurs sociaux avec une mission prioritaire (rééquilibrage des strates sociales, gammes de logements) 
  • Profiter du faible coût de l’immobilier pour être attractif pour les salariés qui souhaiteraient se loger sur l’arrondissement en leur proposant un éventail de logements plus large
 

Compte rendu de la 1ère réunion du Groupe III - Jeudi 4 février 2016 à 9h00

 

 
ÉTAIENT PRÉSENTS
 
Mmes CORSO Anne – CNPE de Nogent
          LAVAURE Anouk – UT 10 de la DIRECCTE
          LÉTÉ Emmanuelle – UT 10 de la DIRECCTE
          MAHOT Rieule – ASPCD et Office du Tourisme
          VERMIGNON Doris – AFPA
          
MM.   COLSON Xavier - ALTHIMA   COUTURIER David – UPREN
          FEVRE Didier – Cabinet ANAU
          PERROT Didier – GROUPE PRIEUR (Référent du Groupe III)
          PONT-COSSON Pierre – Cabinet ECS & CCREA
 
 
S’ÉTAIENT EXCUSÉS
 
Mmes  GRAND Véronique – CNPE de Nogent
           LIZET Elisabeth – Conseil Régional
           THIERY Valérie – AUBE Développement
 
MM.    BELL Georges – USSE
           CHUFFART Dominique – SNCF Développement
           PEREIRA Christophe – CCI 
 
 
 *
  *            *
 
 

Accueil des membres du Groupe III « Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises »

Le Secrétaire Général de l’UPREN remercie Monsieur PERROT – Référent du Groupe III, Mesdames LAVAURE et LÉTÉ de l’UT 10 de la DIRECCTE – financeur et partenaire, et l’ensemble des pilotes des différentes actions du Groupe III pour leur présence.
 
Monsieur PERROT, référent du Groupe III, est heureux de participer à cette 1ère réunion. La force de ce groupe est, selon lui, sa complémentarité, puisque chacun vient d’un horizon différent. Il propose donc de faire un tour de table, pour que chaque participant puisse se présenter et exprimer la raison pour laquelle il a choisi d’intégrer ce groupe.
 
♦  Didier PERROT – Groupe PRIEUR & Associés :
Monsieur PERROT travaille et vit à Romilly depuis longtemps. Il a investi beaucoup et se dit très attaché à ce territoire. Il est expert-comptable et commissaire aux comptes depuis les départs à la retraite de Monsieur PRIEUR et de Madame FOUQUIER. Il travaille essentiellement avec les TPE et les PME.
Sa fibre, c’est le développement économique du territoire. Selon lui, l’économie est toujours à la base de tout.
 
♦  Pierre PONT-COSSON – Cabinet ECS & CCREA :
Monsieur PONT-COSSON dirige un bureau d’études et de conseils en sûreté et sécurité à destination des entreprises. Son siège social est basé dans le Pays de l’Armance, mais ses relations à la fois sociales et amicales l’ont amené sur notre territoire, sa 1ère mission ayant été menée chez LARBALETIER à Fontaine-les-Grés. 
Monsieur PONT-COSSON est également Président du Club des Créateurs et Repreneurs d’Entreprises de l’Aube. Ce club a la particularité de ne jamais avoir accompagné une reprise d’entreprise. Malgré tout, Monsieur PONT-COSSON a cette fibre d’apporter son expertise pour aider la création d’entreprise. 
Sa société est adhérente à l’UPREN depuis 2 ans. Il avoue qu’au démarrage de l’action GTEC, il n’avait pas ressenti l’idée, mais désormais il a vraiment envie de s’y investir.
 
♦  Xavier COLSON – Cabinet ALTHIMA :
Monsieur COLSON a créé le cabinet ALTHIMA en 2010 à Provins, mais ses racines familiales sont à Bar-sur-Aube. 
A la direction de Tractel pendant 17 ans (1992 à 2009), Monsieur COLSON a également été Président de l’UIMM, Vice-président du MEDEF AUBE et
Administrateur de la CCI. Il connait donc bien le réseau local du département. Il a très longtemps siégé au Comité exécutif de l’UPREN qui avait lancé, en 1995, une 1ère expérience de GPEC qui n’avait pas été poursuivie.
Sa fibre, ce sont les usines et le contact avec le personnel. Sa spécialité est la performance économique des entreprises pour qu’elles puissent améliorer leurs résultats (investissements, organisation, choix des hommes, formation…). Monsieur COLSON a également beaucoup œuvré pour l’apprentissage, avec notamment la création du CFAI de l’Aube.
Monsieur COLSON est convaincu que l’arrondissement a des atouts, mais il faut les valoriser et améliorer leurs performances économiques. 
 
♦  Anne CORSO – Centrale Nucléaire de Nogent-sur-Seine :
Madame CORSO est à la direction performances économiques, en charge de la partie achats, politique industrielle, budgets et relations avec les entreprises.
Elle a l’intime conviction qu’en France, nous ne sommes plus dans une période de rentiers ; les revenus viennent des salaires qui sont versés par les entreprises. Il faut donc faire vivre le réseau économique français. Madame CORSO a pris conscience, il y a quelques années, que les emplois créés n’étaient pas forcément créés par les grosses entreprises. Sa position dans l’entreprise vise à regarder d’un œil intéressé dans ces TPE et PME et de faire en sorte, sans les favoriser systématiquement, d’appuyer dans leur sens.
Historiquement, la centrale a toujours été « posée » sans se préoccuper du tissu industriel local puisqu’elle s’adressait facilement aux grands groupes français qui travaillent sur le nucléaire.
Sa fibre est de renouer avec le potentiel et de contribuer à ce que les entreprises qui ne peuvent venir aujourd’hui sur leur marché puissent le faire demain.
S’agissant de Madame GRAND qui rejoindra prochainement notre groupe III en tant que pilote de l’action 3E, Madame CORSO indique qu’elle prendra ses fonctions au sein de la centrale le 1er mars 2016 en qualité de responsable politique et industrielle, fonction qu’elle a déjà occupée dans son précédent poste.
 
♦  Doris VERMIGNON – AFPA :
Madame VERMIGNON est chargée d’affaires auprès des entreprises. Elle a un parcours professionnel atypique puisqu’elle a, à la base, une formation d’architecte suivie d’un travail en cabinet puis d’un poste de chef d’agence dans une structure d’architecture d’intérieure qui lui a permis de côtoyer le monde de l’industrie. Après une période de rupture, Madame VERMIGNON est arrivée par hasard dans le monde de la formation professionnelle, avec pour mission de faire parler les différentes lignes métiers entre elles et de trouver des solutions. 
Par la suite, elle a basculé sur la partie commerciale dans le monde du bâtiment en charge de la formation professionnelle sur la région. Dans le cadre de ce poste, elle a développé un secteur très peu traité à l’AFPA, celui de la formation professionnelle concernant le service à la personne. Dans le cadre de la restructuration du Grand Est, elle se trouve en charge de l’Aube et de la HauteMarne avec tout ce qui touche les entreprises sanitaires et sociales, et les entreprises d’insertion. Elle a, par ce biais, contact avec toutes les demandes liées au « grand âge », avec le constat que beaucoup de choses sont à faire dans ce domaine. Les structures qui travaillent sur l’économie du « grand âge » ont des difficultés pour atteindre leur cible et d’autres aspects ne sont pas ou peu traités actuellement notamment l’adaptation de l’habitat. Cette casquette multiforme lui permet d’avoir un regard avec des prismes différents.
Madame VERMIGNON indique qu’à son arrivée dans la région, il y a 3 ans, elle a eu le coup de cœur pour ce territoire qui a un dynamisme que l’on ne retrouve pas forcément sur des territoires de taille identique. 
 
♦  Rieule MAHOT – Office du Tourisme et ASPCD :
Madame MAHOT est responsable de l’Office du Tourisme basé à Nogent et également du Pays de Seine en Plaine Champenoise. A ce titre, elle représente les élus qui sont attachés à l’aménagement du territoire et au cadre de vie. Depuis sa prise de fonction, il y a 15 ans, elle s’investit pour que les gens se plaisent sur notre territoire et trouvent les équipements dont ils ont besoin (culturels, associatifs, sportifs…).
Sa fibre, c’est l’aspect marketing, la problématique de l’hébergement et la mise en valeur de tout le territoire. 
Madame MAHOT souligne qu’au niveau du Pays, les gens ne connaissent pas forcément les actions qui sont menées. A son arrivée, il n’y avait rien, l’offre n’était pas structurée et les différents acteurs ne travaillaient pas ensemble. L’idée est donc de réfléchir à un aménagement du territoire, d’essayer de mettre les gens autour de la table, de faciliter l’accès au financement et de favoriser les idées innovantes. 
Parallèlement à cette action, le Pays a répondu à l’appel à candidature à la procédure LEADER (Liaison entre actions de développement de l’économie rurale) qui assurera des fonds européens pour le territoire. A ce titre, des fiches action ont été créées. Madame MAHOT remercie à cet égard l’UPREN qui a accepté, que le Pays utilise les éléments du diagnostic sur l’aspect économique qui rentre dans ce programme. 
Les enveloppes dégagées pour ces actions pourraient se retrouver dans le cadre de la GTEC notamment l’aspect marketing et la mise en valeur du territoire.
Le Pays essaie également de favoriser les actions culturelles qui sont très importantes pour créer le lien social et de redynamiser la présence des actions culturelles dans les villages. 
Madame MAHOT souligne l’existence d’associations du patrimoine et la volonté des acteurs touristiques locaux qui œuvrent pour la mise en valeur de leur territoire. La mise en réseau et le travail en commun, dans le même sens, sont indispensables selon Madame MAHOT. 
 
♦  Anouk LAVAURE – UT 10 de la DIRECCTE :
Madame LAVAURE est responsable de l’Unité Territoriale de la DIRECCTE pour l’Aube qui, depuis le 1er janvier, couvre le périmètre Alsace Champagne-Ardenne Lorraine. La DIRECCTE est un service de l'Etat issu de la fusion, en 2008, des anciennes DRTEFP, DDTEFP, DRIRE…, sous la tutelle du Ministère en charge de l’économie et du Ministère du travail et de l’emploi. 
La mission des DIRECCTE porte sur la protection des intérêts économiques et la sécurité des consommations, la régulation des marchés, la qualité du travail et des relations sociales au travers des missions d’inspection du travail, mais plus largement en mettant en œuvre des politiques du travail sous différents formats visant, en lien avec les acteurs des entreprises, à prévenir les risques professionnels et améliorer les conditions de travail. C’est également sécuriser les parcours professionnels, les transitions des salariés lors de ruptures liées aux missions des entreprises, l’accompagnement des mutations économiques et l’amélioration de la capacité économique des entreprises. Un service qui va avoir une approche assez transversale de l’entreprise et la possibilité d’intervenir sur un certain nombre de pans qui constituent la vie de l’entreprise, dans son volet RH et développement des compétences et dans la régulation des relations sociales dans l’entreprise.
Madame LAVAURE précise que la DIRECCTE s’intéresse aux démarches de GTEC, l’idée étant de rentrer dans une logique de construction de solutions. La DIRECCTE est surtout apporteur d’appuis, de mesures ou de conseils, mais l’idée est de pouvoir contribuer à faire émerger des solutions par rapport aux enjeux d’une entreprise ou d’un territoire. Il s’agit de sortir de cette logique de réaction dans laquelle on n’a pas la capacité de répondre à tous les enjeux et tous les besoins, et de pouvoir partager avec les acteurs du territoire, de répondre à des problématiques et à des besoins par anticipation, d’identifier les besoins des entreprises, de favoriser et de sécuriser les parcours des salariés.
Sa fibre personnelle est d’être dans cette logique de décloisonnement, de favoriser ce qui contribue à la fabrication d’un écosystème qui va déclencher une dynamique pour mieux partager les initiatives des acteurs locaux, pour aider les TPE-PME à mobiliser des moyens qui existent mais qu’elles n’ont pas la capacité à absorber seules. 
Madame LAVAURE rappelle que la participation de la DIRECCTE est seulement dans sa capacité à capter des initiatives qui existent ailleurs, des ressources qui existent auprès d’autres acteurs pour apporter une vision la plus transversale possible des actions et des travaux que l’UPREN conduit à travers les différents groupes. Il s’agit également de faire un retour de la perception que la DIRECCTE peut avoir au travers de ses différentes missions, des réalités économiques, des réalités des entreprises mais également apporter le cadre relatif aux conditions de travail et des logiques plus transversales qui excèdent le territoire ; par exemple, pour la mobilité, les réponses sont forcément locales mais ne peuvent pas se construire de manière isolée, il faut un retour plus large que la seule échelle du territoire. 
 
♦  Emmanuelle LÉTÉ – UT 10 de la DIRECCTE :
Madame LÉTÉ va participer autant que possible aux différents groupes pour apporter, en fonction des clés d’entrée qui seront prises, l’expertise qui peut être importante.
La DIRECCTE dispose notamment d’un pôle 3E qui pourra nous accompagner :
     - Entreprises : accompagnement du développement des entreprises ;
     - Economie : restructuration et accompagnement des entreprises en difficulté (mobilisation d’un certain nombre d’outils pour accompagner le plus en amont possible les entreprises qui ont des difficultés, projet de reclassement des salariés, montée en puissance des compétences des salariés…) ;
     - Emploi : partage de l’ensemble des politiques publiques qui visent à l’emploi, notamment en faveur des travailleurs handicapés et des jeunes, accompagnement des structures d’insertion par l’activité économique, financement de postes dans les ateliers protégés…
 
♦  Didier FEVRE – Cabinet ANAU :
Monsieur FEVRE est architecte à Nogent. Son cabinet intervient sur un grand panel de projets industriels, bureaux, logements avec les collectivités locales territoriales, avec des bailleurs sociaux ou les privés industriels.
Les deux derniers points de l’action 3C l’intéressent particulièrement :
     - L’an dernier, lorsque les architectes ont eu écho de la constitution de la Grande Région, ils se sont interrogés sur leur position en tant que aubois, mais également sur le fait que cette nouvelle dimension générait la proximité des frontières avec les autres pays. Ils ont donc décidé de créer une association des architectes aubois (50 sur 300 pour la Grande Région) afin de se mobiliser pour faire valoir leurs nombreuses compétences dans cette région. Ils se sont réunis très récemment à Troyes pour réfléchir à un projet de développement des doctorants. Seules deux écoles existent en région, l’une à Strasbourg et l’autre à Nancy. Il s’agit de récupérer des doctorants et de les accueillir dans les agences pour développer des sujets de recherche, par exemple sur le développement, sur le tissu industriel sur le département… à travers des financements divers et variés. 
     - Son agence, qui compte une vingtaine de personnes, travaille depuis l’année 2000, en Russie et actuellement au Moyen-Orient. A l’étranger, les architectes français ont une valeur importante et sont bien accueillis. Même si la langue peut parfois être un frein, Monsieur FEVRE veut encourager les entreprises à travailler à l’international. 
 
 

Rappel des enjeux, composition, calendrier

L’action GTEC est le fruit d’une réflexion de longue date en lien avec Madame GUILLAUME, ancienne Directrice de la DIRECCTE. Elle a constitué la lettre de mission de Monsieur COUTURIER à son arrivée.
 
Une première présentation au sein de l’entreprise LARBALETIER dirigée par le Président de l’UPREN a été faite en avril 2014.
 
Elle a été suivie d’une réunion de constitution du Comité de Pilotage de la démarche en mai 2014, reprenant l’ensemble des parties prenantes. L’intérêt était de rassembler le plus de monde possible (40 membres au total) des 5 piliers de notre territoire, afin d’échanger, avec leur expertise, sur les mêmes sujets : Pool Partenaires et financeurs, Pool Emploi/Formation/Qualification/Orientation/Insertion, Pool Chambres consulaires, Pool Politique, Pool Monde économique privé.
 
L’enjeu était de réaliser un panorama territorial puis d’en faire un diagnostic partagé et enfin de réfléchir à des actions concertées référencées dans un plan d’actions.
 
L’UPREN s’est chargée de recenser les données infra-économiques auprès d’entreprises représentatives du territoire sélectionnées. Le Conseil Régional, par le biais de son outil OPEQ appuyé par l’URSSAF a produit une étude macro-économique pour avoir une vision « du haut » de notre arrondissement. Il y a eu imbrication de la vision infra et macro, pour obtenir le panorama du territoire et en faire un diagnostic à l’échelon de l’arrondissement de Nogent-sur-Seine. Une présentation de ce diagnostic a été faite à l’occasion des vœux de l’UPREN début 2015. 
 
Le Comité de Pilotage s’est réuni en avril 2015 pour établir le plan d’actions concertées, prioriser ces actions et imaginer la manière de les traiter. Un temps de réflexion a été laissé aux membres du COPIL pour s’imprégner de ce plan et se positionner sur telle ou telle action, en fonction de leur intérêt et de leur expertise.
 
Le Comité de Pilotage s’est à nouveau réuni en décembre dernier. Afin de mettre en place ces actions, le plus efficacement possible, il a créé 4 groupes de thèmes différents :
     •   Groupe I : Valorisation et attractivité du territoire ;
     •   Groupe II : Emploi et formation ;
     •   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises ;
     •   Groupe IV : Suivi, appui et évaluation de l’action GTEC ADN.
 
Ce 4ème groupe aura pour mission d’assurer le suivi de la démarche, de communiquer vers l’extérieur sur ce qui est fait et d’être un facilitateur pour dégripper ou accompagner certains leviers pour que les actions puissent aboutir. 
 
Un référent de chaque groupe a été désigné, au sein duquel un pilote de chaque action a été nommé. Chaque pilote aura à charge de constituer son groupe de travail « action », avec des membres du COPIL ou d’autres experts extérieurs, avec l’appui de l’UPREN pour l’organisation des réunions et la rédaction des comptes rendus. 
 
Le développement économique, qui intéresse le Groupe III réuni aujourd’hui, est un vaste sujet avec des imbrications entre les différents volets. L’UPREN a, pour sa part, un rôle de transmission et de restitution au COPIL des différents travaux des groupes « action », avec appui de connaissances, de réseaux, de dispositifs qui vont aider à mettre en place ces actions, avec l’idée de poursuivre, dans les années à venir, cette dimension de panorama territoriale pour voir l’évolution de notre territoire et les incidences de nos actions. 
 
Le Secrétaire Général de l’UPREN précise que le Comité de Pilotage se réunira le mercredi 8 juin prochain, afin d’examiner l’avancée des travaux des différents groupes « action » présentée par le référent du groupe, ainsi que les éventuels obstacles rencontrés, les éléments manquants… 
 

Détermination des axes prioritaires à traiter

Monsieur PERROT, référent du Groupe III, souligne qu’il y aura forcément des avis divergents entre les membres, mais le but est d’être constructif.
 
Au vu des actions à traiter par le groupe, Monsieur PERROT relève, à titre personnel, les trois points les plus problématiques :
     - Les créations et surtout les reprises d’entreprises avec notamment la complexité de trouver un repreneur en interne ;
     - Le manque d’accès des entreprises aux différentes aides sur notre département ;
     - L’immobilier avec la méconnaissance des biens à louer ou à vendre, et les difficultés de loger les cadres sur Romilly et sur Nogent.
Monsieur PERROT propose ensuite à chaque pilote de présenter son action, en apportant quelques pistes de mise en œuvre sans entrer dans le détail.
 
• Action 3A – CREER UN COMITE DE « SEDUCTION COMMERCIALE (Co-pilotes : Dominique CHUFFART et Xavier COLSON) :
  • Contacter la CCI et Aube Développement qui détiennent des bases de données sur les projets d’entreprises pour savoir s’il est possible d’avoir accès à leurs sources ; informations pouvant également être sollicitées auprès de la DATAR ;  
  • Recenser les atouts de la région, ainsi que le potentiel en bâtiments et en humains ;
  • Utiliser les réseaux d’entreprises sur le territoire pouvant être des relais (syndicats professionnels…) ;  
  • Dresser un état des lieux des acteurs et des interlocuteurs de la promotion de l’implantation d’entreprises ;
  • Etudier un partenariat avec la Seine-et-Marne ;
  • Basculer les faiblesses du territoire en opportunités (ex. Technicentre SNCF pour son potentiel de main-d’œuvre avec des spécificités, et SNCF Développement qui contribue à compenser par des enveloppes financières les pertes d’emplois sur le territoire en faisant en sorte qu’une autre activité s’installe sur le Technicentre notamment pour le démantèlement des rames. SNCF Développement est également très au courant des projets d’entreprises au niveau national) ;
  • Etudier les partenariats d’entreprises et de travail collectif : TPE qui se structurent au sein du même aspect et qui, complémentairement les unes aux autres, parviennent à répondre à des besoins clients ;
  • Réfléchir à une dimension de développement économique ;
  • Créer un incubateur qui nous protège sur l’agilité de demain et ne pas raisonner uniquement sur l’entreprise classique.
Action 3B – ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DE LA SILVER ECONOMIE (Pilote : Doris VERMIGNON) :
  • Outre le service à la personne et l’habitat, se concentrer sur le potentiel du 3ème âge ;
  • Travailler sur l’évolution des logements : modularité notamment pour les familles recomposées, les colocataires … ; à bas coûts pour les personnes à faible revenu ou les personnes âgées qui souhaitent rester chez elles au lieu d’aller en maison de retraite ; hébergement des jeunes par les retraités…
  • Collaborer avec les structures suivantes : 
    • les OPCA qui s’occupent de tout ce secteur (Uniformation et Agefos) ; 
    • les ADMR pour pallier au problème d’attractivité des emplois d’aide à la personne, avec l’aide de l’ARACT sur le volet des conditions de travail. Ce sont des métiers en tension avec un turn over très important et une forte demande ;
    • GERONTOPOLE, groupe de réflexion basé à Reims qui œuvre pour l’accompagnement de la problématique Silver Economie en Champagne-Ardenne ;
    • la CAPEB et l’AFB pour l’aménagement et l’adaptation des logements ;
    • l’insertion par l’économie, outil qui peut permettre de développer des actions ;
    • l’ENSAM, qui travaille actuellement sur un système d’exosquelette.
  • Inciter les entreprises à proposer aux retraités d’utiliser leurs matériels pour apprendre aux jeunes à travailler ;
  • Inviter à ce groupe Action des personnes extérieures pour leur expertise : architectes, bâtisseurs, maisons de retraite, association Coup de Main, bailleurs sociaux…
Madame MAHOT précise que ce thème est repris dans une fiche action du programme LEADER.
  
Action 3C – FAVORISER LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DES ENTREPRISES LOCALES (Co-pilotes : Anne CORSO et Didier FEVRE)
 
Monsieur PERROT pense que le point 4 de cette action (projet d’électrification de la ligne Paris-Bâle et passage à grand gabarit de la Seine) devrait être transféré au  Groupe IV qui, par sa composition de chefs d’entreprises, du monde associatif, du monde politique, appuyé par l’Etat et la Région, aura plus de poids pour soutenir cette action. Les membres du Groupe III approuvent ce transfert. 
 
Selon lui, les autres points doivent être priorisés au vu de leur nombre. Les deux derniers points semblent prioritaires et intéressants pour Madame CORSO et Monsieur FEVRE. Il s’agit de l’accompagnement des entreprises sur des marchés innovants avec notamment le recours à des doctorants, et sur l’international. 
 
Action 3D - PROMOUVOIR LA REPRISE D’ENTREPRISE (Co-pilotes : Pierre PONT-COSSON et Georges BELL)

Pour Monsieur PONT-COSSON, la grosse problématique est la reprise d’entreprise et notamment la confidentialité. C’est l’information la plus difficile à obtenir. Il faut nécessairement mettre un niveau de confidentialité dans toute l’action 3D et pour toutes les personnes qui y seront intégrées. 
 
Ensuite, il faudra recenser tout ce qui peut être à vendre aujourd’hui ou demain auprès des chambres consulaires, des experts comptables, des organisations syndicales, des séminaires de chefs d’entreprises…
 
Le Secrétaire Général de l’UPREN indique que la CCI a fourni, à l’occasion de l’étude macroéconomique, la pyramide des âges des chefs d’entreprise sur le territoire. On connait donc, déjà un peu, le vivier en globalité. 
 
Monsieur PERROT précise que des bases existent. Il faut que le cédant soit en confiance. Il faut, selon lui, nommer un référent, sous convention de confidentialité, qui rencontre le cédant puis entre en relation avec les repreneurs potentiels (ex. cellule de soutien qui parraine une personne qui recherche une entreprise). Monsieur PONT-COSSON confirme que la liste des repreneurs potentiels existe mais c’est le cédant qui reste dans son univers. 
 
Il y a aussi, selon Monsieur COUTURIER, la promotion entrepreneuriale. Il faut susciter les vocations de certains salariés pour reprendre l’entreprise dans laquelle ils travaillent en cas de départ du chef d’entreprise. L’école de commerce étant également un vivier potentiel, Madame CORSO propose d’encourager les binômes étudiants/chefs d’entreprise pour susciter des vocations. Monsieur PONT-COSSON précise que dans le cadre du CCREA, il y a une synergie avec les écoles supérieures (UTT, IUT…) pour faire rencontrer les jeunes qui ont un projet et les chefs d’entreprises. Monsieur PERROT cite également l’idée du Business Enjoy qui n’existe pas sur le territoire.
 
Madame LÉTÉ souligne que certains demandeurs d’emploi ont des projets de création d’entreprise. Il faut peut-être, à ce titre, convier un conseiller spécialisé de Pôle Emploi aux travaux de ce groupe « action ».
  
• Action 3E - ADAPTER L’HEBERGEMENT A L’EVOLUTION DES PROJETS SUR LE TERRITOIRE (Co-pilotes : Véronique GRAND et Rieule MAHOT) 
  • Recenser les types de projets sur le territoire susceptibles d’induire une venue de personnes et étudier la typologie de ces personnes ;
  • Faire une analyse des demandes que l’on a ;
  • Se faire une idée sur les évolutions innovantes et atypiques (habitat dans containers, roulottes…) ;
  • Réfléchir à des types d’hébergements pouvant servir à la fois aux salariés présents sur le territoire uniquement la semaine et aux touristes présents le week-end ;
  • Contacter la Préfecture pour connaitre les quotas de mise en place des hébergements et la Sous-préfecture pour connaitre le degré d’acceptation des habitats innovants ;
  • Créer de l’hébergement pour les cadres sur le territoire ;
  • Lier la problématique de l’hébergement à celle de la restauration en termes de capacité d’accueil.
Madame MAHOT précise qu’il existe des fiches action dans le cadre de LEADER, avec la perspective touristique.  

Méthode de restitution des travaux, fréquence, délégation, budget…

Le Secrétaire Général de l’UPREN propose aux copilotes de chaque action de se rencontrer en vue d’organiser la 1ère réunion de leur groupe « action », date qu’il conviendra de préciser à l’UPREN. 
 
Le Secrétaire Général de l’UPREN informe les membres du Groupe III de la création prochaine d’un mur d’échanges sur le site de la GTEC ADN : www.gtecadn.fr. Leur code d’accès leur sera communiqué ultérieurement.

Date et lieu de la prochaine réunion 

Afin de programmer la prochaine réunion aux alentours du 15 mars, Monsieur PERROT souhaite qu’un sondage Doodle proposant 4 ou 5 dates soit envoyé par mail aux membres du Groupe III.
 

Ordre du jour - 2ème réunion du Groupe III - Jeudi 14 avril 2016 à 9h00

 
  
  9 h 00 : Accueil des Membres du Groupe III
  
  9 h 15 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3A (Copilotes : Dominique CHUFFART et Xavier COLSON)
                  
  9 h 45 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3B (Pilote : Doris VERMIGNON)
                  
 10 h 15 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3C (Copilotes : Anne CORSO et Didier FEVRE)
                  
 10 h 45 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3D (Copilotes : Pierre PONT-COSSON et Georges BELL)
                  
 11 h 15 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3E (Copilotes : Véronique GRAND et Rieule MAHOT)
                  
 11 h 45 : Date et lieu de la prochaine réunion
 
 

Compte rendu de la 2ème réunion du Groupe III - Jeudi 14 avril 2016 à 9h00

 
 
 
ÉTAIENT PRÉSENTS
 
Mmes CORSO Anne – CNPE de Nogent
          GRAND Véronique – CNPE de Nogent
          LAVAURE Anouk – UT 10 de la DIRECCTE
          LÉTÉ Emmanuelle – UT 10 de la DIRECCTE
          LIZET Elisabeth – Conseil Régional
          MAHOT Rieule – ASPCD et Office du Tourisme
          THIERY Valérie – AUBE Développement
          
MM.   BELL Georges – USSE
         CHUFFART Dominique – SNCF Développement
         COLSON Xavier - ALTHIMA
         COUTURIER David – UPREN
         PERROT Didier – GROUPE PRIEUR (Référent du Groupe III)
 
 
S’ÉTAIENT EXCUSÉS
 
Mmes  LAM TAN HING – LABUSSIERE Catherine – Sous-préfète de Nogent-sur-Seine
           VERMIGNON Doris – AFPA
 
MM.    FEVRE Didier – Cabinet ANAU
           PEREIRA Christophe – CCI
           PONT-COSSON Pierre – Cabinet ECS & CCREA
 
    
*
*       *
 
 

Accueil des membres du Groupe III « Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises »

Le Secrétaire Général de l’UPREN remercie Monsieur PERROT – Référent du Groupe III, Mesdames LAVAURE et LÉTÉ de l’UT 10 de la DIRECCTE – financeur et partenaire, et l’ensemble des pilotes des différentes actions du Groupe III pour leur présence.
  

Point sur l’avancée des travaux des différents groupes actions 

Monsieur PERROT, référent du Groupe III, rappelle que l’objectif de la présente réunion est de faire le point sur l’avancée des travaux des différents groupes actions.
 
Il propose, préalablement à la présentation à l’ensemble du Groupe III, que les copilotes et membres de chaque groupe action se réunissent quelques minutes pour refaire un point rapide sur le travail qu’ils ont réalisé et les livrables qu’ils vont proposer.
 
Monsieur PERROT rappelle que pour des raisons de « neutralité » et d’image de dynamique collective, les comptes rendus, courriers et autres documents relatifs aux travaux des groupes actions et diffusés vers l’extérieur après validation du COPIL doivent être mis à l’entête de la GTEC ADN et signés par l’UPREN.
 
Monsieur PERROT demande ensuite à un représentant de chaque groupe action d’exposer les livrables qu’il souhaiterait soumettre à l’approbation du prochain COPIL. Il souligne que chacun pourra s’exprimer librement sur les différents points abordés en respectant le point de vue de chacun et le travail réalisé par le groupe action.
 
 
Action 3A – CREER UN COMITE DE « SEDUCTION COMMERCIALE (Co-pilotes : Dominique CHUFFART et Xavier COLSON) :
 
Deux grandes directions :
  1. Analyse de l’existant avec 4 actions concrètes :
    • Mettre sur pied un fichier uniquement des offres foncières globales partagées ;
    • Connaitre la volonté politique du territoire : interview par un cabinet spécialisé des élus et leaders départementaux et régionaux pour avoir leur vision du développement économique de notre bassin d’emplois ;
    • Après identification des ressources du territoire, mettre en place un mapping pour permettre l’établissement d’un plan des différentes ressources avec des couches superposées (entreprises par secteur, infrastructures, foncier…). Cet outil doit être facilement accessible par les utilisateurs ;
    • Créer une matrice des forces et faiblesses basée sur les ressources naturelles, l’agriculture…, synthétiser sous une forme schématique tous les atouts du territoire et positionner les pistes de travail par rapport à cela. 
       
  2. Identification des facteurs de développement économique :
    • Dans tout ce qui est mis en place dans la 1ère phase d’analyse et de résultats, comment positionner notre territoire dans les champs technologies, espaces de travail…
    • Proposition d’actions chiffrées : technologies du numérique, nouveaux matériaux avec formation, pôle de compétitivité, centre de recherches SOUFFLET, espaces de travail collaboratif comme vecteur de développement : technologie autour des drones, nanotechnologie, production additive, impression 3D, économie sociale et solidaire, déclinaison Technopole de Troyes, incubateur d’entreprises ICI MONTREUIL…
  
Action 3B – ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DE LA SILVER ECONOMIE (Pilote : Doris VERMIGNON) :

Différentes propositions d’actions :
  • Organiser une visite du laboratoire de recherche de l’UTT de Troyes qui conçoit actuellement un aménagement de l’habitat complètement innovant avec toutes les technologies nouvelles connectées pour l’hébergement collectif ou individuel ;
  • Favoriser l’émergence de nouveaux marchés pour les entreprises locales du bâtiment ;
  • Recenser les problématiques pour ces entreprises pour l’hébergement connecté (CNIL…) ;
  • Faire un terreau sur le territoire pour développer nos entreprises du bâtiment vers la SILVER ECONOMIE ;
  • Identifier des filières de croissance (services, bâtiment, production…) et en prioriser une ;
  • Recenser l’offre de logements : résidences collectives et intergénérationnelles ;
  • Assurer la mobilité des seniors : croiser leurs besoins avec l’enquête de la DIRECCTE sur la mobilité ;
  • Se rapprocher d’AUBE DEVELOPPEMENT pour avoir le diagnostic de ce qui a déjà été fait sur le département et sur d’autres territoires pour s’appuyer sur leur expérience et leur éclairage, notre rôle étant d’accompagner la croissance de la SILVER ECONOMIE.
  
Action 3C – FAVORISER LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DES ENTREPRISES LOCALES (Co-pilotes : Anne CORSO et Didier FEVRE) :
 
En complément des travaux du groupe action 3A.
 
Il faut partir de ce qui existe déjà sur le territoire :
-   Compétences sur la filière agro,
-   Bonne représentation sur la filière énergie,
-   Prévision éventuelle d’une troisième filière, celle du bâtiment.
 
Pour les autres entreprises :
-   Mutualiser les innovations,
-   Mutualiser les ressources (recrutements, formations,…),
-   Initier aux problématiques RSE,
-   Attirer les jeunes générations par l’économie circulaire (économie du recyclage).
 
Actions à court terme :
-   Base de données des entreprises pour avoir une cartographie ;
-   Enquête pour compléter la cartographie et connaître leurs besoins, leurs manques sur RSE… et leurs attentes du territoire ;
-   Organisation d’événements sur les thématiques demandées par les entreprises ;
-   Utiliser un groupe de TPE témoin pour qu’elles puissent se structurer et « se muscler » (accompagnement de l’UPREN). 

Actions à moyen terme :
-   Travail sur le résultat de l’enquête pour avoir les besoins réels des entreprises et réorienter les deux parties RSE (vision des salariés et de leurs représentants) et Economie circulaire (Chlorophylle, APTH Nogent, ESAT Romilly).
  
Actions pour le mois de juin :
-   Avancer sur la forme de l’enquête auprès des entreprises
-   Démarrer la RSE
-   Structurer sur l’économie sociale et circulaire en relation avec la DIRECCTE
 
 
Action 3D - PROMOUVOIR LA REPRISE D’ENTREPRISE (Co-pilotes : Pierre PONT-COSSON et Georges BELL) :

La problématique étant de mettre en liaison l’offre et la demande, plusieurs pistes d’actions sont proposées :
-   Créer un comptoir local pour faire se rencontrer les cédants et les repreneurs (accord de confidentialité signé avec l’UPREN) : référencement sur le site de l’UPREN avec un lien à partir de Google et création d’une affiche pour annoncer l’existence de ce comptoir et la démarche à suivre (cf. livret sur site du Conseil Régional) ;
-   Proposer un courrier signé par l’UPREN à l’attention des acteurs qui interviennent dans le domaine de la reprise et de la transmission de sociétés (syndicats patronaux, clubs professionnels, accompagnants financiers, cabinets professionnels, notaires, chambres consulaires, Pôle Emploi, grandes écoles…) ;
-   Participer en tant que cellule locale aux différents salons de la création et de la reprise d’entreprises.
 
 
Action 3E - ADAPTER L’HEBERGEMENT A L’EVOLUTION DES PROJETS SUR LE TERRITOIRE (Co-pilotes : Véronique GRAND et Rieule MAHOT) :
 
Trois pistes d’actions sont envisagées :
-   Organiser une réunion en associant de nouveaux membres au groupe d’action pour connaitre leurs problématiques et le parc d’hébergements disponible (maires, présidents des communautés de communes, bailleurs sociaux, agents immobiliers, notaires, investisseurs privés, entreprises locales représentatives en particulier EDF ? MSA services…) ;
-   Construire un questionnaire sur le parc de logements disponibles et les projets de création, de réhabilitation et de rénovation d’hébergements (quantité, typologie, tarifs…) sur notre territoire et sur les départements limitrophes ;
-   Créer une base de données à partir de celle de l’Office du tourisme pour les personnes qui arrivent sur le territoire et celles qui viennent y travailler, en tenant compte des missions de courte durée et des activités saisonnières.
  
Monsieur PERROT demande à chaque groupe action de transmettre à l’UPREN un résumé de ses travaux avec les objectifs et les livrables à court terme, c’est-à-dire « du concret », puis une deuxième phase avec les actions à moyen et long termes.
 
Monsieur PERROT rappelle que toutes ces propositions d’actions seront soumises au COPIL du 8 juin et approuvées avant leur mise en place.
  

Date et lieu de la prochaine réunion

A l’issue de la réunion, Monsieur PERROT propose que les pilotes de chacun des groupes d’actions se retrouvent le jeudi 2 juin de 10h à 12h dans les locaux de l’UPREN pour les dernières avancées. Il ne s’agira pas d’une réunion de travail mais juste de complément sur l’avancée de chaque groupe entre le 14 avril et le 2 juin.  

Ordre du jour - 3ème réunion du Groupe III - Jeudi 2 juin 2016 à 10h00

 
 
 
• 10 h 00 : Accueil des pilotes et co-pilotes des groupes actions
  
• 10 h 15 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3A (Copilotes : Dominique CHUFFART et Xavier COLSON)
                  
• 10 h 30 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3B (Pilote : Doris VERMIGNON)
                  
• 10 h 45 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3C (Copilotes : Anne CORSO et Didier FEVRE)
                  
• 11 h 00 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3D (Copilotes : Pierre PONT-COSSON et Georges BELL)
                 
• 11 h 15 : Point d’avancée des travaux du Groupe Action 3E (Copilotes : Véronique GRAND et Rieule MAHOT)
                  
• 11 h 30 : Date et lieu de la prochaine réunion
 

 
 

Compte rendu de la 3ème réunion du Groupe III - Jeudi 2 juin 2016 à 10h00

Cette réunion a été annulée.