Compte rendu
Ordre du jour

Compte rendu de la réunion du Comité de Pilotage tenue le Mercredi 8 Juin 2016

ÉTAIENT PRÉSENTS
 
Mmes BACK Catherine – CNPE de Nogent
          CHOISELAT Cristelle - Filière Industrie (Référente du Groupe II)
          ETIENNE Anne-Sophie - GRETA
          FERY Laurence – Filière Hôtellerie - Restauration
          HACHICHI Farida - CIO
          LABUSSIERE Catherine – Sous-préfète de Nogent-sur-Seine
          LAVAURE Anouk - UT 10 de la DIRECCTE
          LETE Emmanuelle – UT 10 de la DIRECCTE
          LIZET Elisabeth - Espace Métiers représentant également le Conseil Régional
          LUCAS Marie-Thérèse - Communauté de communes des Portes de Romilly
          MAHOT Rieule - Pays de Seine en Plaine Champenoise
          QUERLEU Isabelle – GROUPE ESC / ADPS
          VERMIGNON Doris - AFPA
          VIVET Sophie - Service de santé au travail AMITR
        
MM.    BONNEFOI Jérôme - Communauté de communes des Portes de Romilly
          COUTURIER David - UPREN
          GODELIEZ Pascal – Chambre de métiers  
          JUILLET Nicolas - Communauté de communes de l’Orvin et de l’Ardusson
          MERLE Alexandre - Filière Commerce & Distribution (Référent du Groupe IV)
          PEREIRA Christophe – Chambre de commerce et d’industrie
          PERROT Didier - Cabinet PRIEUR & associés (Référent du Groupe III)
          REUILLARD Frédéric – Secteur Travail temporaire
          ROSSIGNOL Xavier – GROUPE SOUFFLET (Référent du Groupe I)
          TRICHE Christian - Communauté de communes du Nogentais
 
 
S’ÉTAIENT EXCUSÉS
 
Mmes  BRIET-CLEMONT Marie-Claude - Chambre d’Agriculture
           CIAUX Catherine – OHE PROMETHEE AUBE
           COLLERY Nadine – LP Diderot
 
MM.    LARBALETIER Robert - UPREN
           LE  NALBAUT Cyril - POLE EMPLOI         
           MARCHAL Arnaud - Union des syndicats FO
           SUCH Philippe – LP Diderot
           VALTON Charles - GRETA
 
 
 
Accueil des membres du COPIL GTEC ADN
 
Le Secrétaire Général de l’UPREN souhaite la bienvenue à Madame la Sous-préfète, à Madame LAVAURE, Directrice de l’UT10 de la DIRECCTE et à l’ensemble des membres.
 
Il rappelle ensuite l’ordre du jour de la réunion : 

  • Point sur le déroulement de l’action GTEC ADN,
  • Présentation, par chaque Référent, des travaux menés au sein de son groupe et échanges sur les avancées de chaque action :
  • Groupe I : Valorisation et attractivité du territoire (Référent : Xavier ROSSIGNOL)
  • Groupe II : Emploi et Formation (Référente : Cristelle CHOISELAT)
  • Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)
  • Groupe IV : Suivi, appui et évaluation de l’action GTEC ADN (Référent : Alexandre MERLE)
  • Amendements éventuels, validation et lettre de mission pour poursuivre la mise en œuvre des actions,
  • Echanges entre les membres du COPIL.
  
Point sur le déroulement de l’action GTEC ADN
 
Le Secrétaire Général de l’UPREN constate l’investissement de chaque membre du COPIL, des membres des groupes actions et de leurs référents, et les en remercie.
 
Il indique qu’il est régulièrement sollicité pour participer à des réunions, afin de présenter l’avancée de notre action, d’apporter nos compétences et nos conseils à des démarches de GTEC mises en place sur d’autres territoires.
 
Le Secrétaire Général de l’UPREN rappelle que ce dispositif émergeait depuis plusieurs années avec la volonté commune de travailler collectivement sur les problématiques d’emplois, de compétences, de développement économique et de territoire, en général. La composition du COPIL a suivi cette volonté avec l’intégration de différents pools représentant l’ensemble des acteurs.
 
Toutes les personnalités ont contribué à réaliser un diagnostic pour mieux connaître notre territoire sous différents angles, avec l’appui de l’Etat, de la DIRECCTE et du Conseil Régional. Ce panorama territorial a permis au COPIL, réuni en avril 2015, de dresser un plan d’actions.
 
Après quelques mois de réflexion laissés aux membres, le COPIL convoqué en décembre 2015 a créé trois groupes de travail en lien avec le plan d’actions, sous la responsabilité d’un référent, le quatrième groupe étant dédié au suivi et à l’appui de la démarche.
 
Depuis cette date, des réunions de travail ont été organisées par groupe et sous-groupe, et chaque référent va restituer aujourd’hui les avancées des travaux de son groupe.
 
Avant de laisser la parole aux référents, le Secrétaire Général de l’UPREN se réjouit, en tant que pilote de l’action GTEC ADN, qu’un certain nombre de projets commencent déjà à s’installer, l’objectif de la présente réunion étant d’en faire part au COPIL afin de valider certains points pour pouvoir avancer dans le plan d’actions.
 
 
Présentation par chaque référent des travaux menés au sein de son groupe et échanges sur les avancées de chaque action :
  
•  Groupe I : Valorisation et attractivité du territoire (Référent : Xavier ROSSIGNOL)
 
Action 1A : Copilotes Laurence FERY (Auberge de Nicey) et Rieule MAHOT (Office du Tourisme)
 
-   Concevoir un film à vocation promotionnelle :
Une réunion est prévue le 21 juin prochain en présence de Monsieur Nicolas Juillet et de Madame Rieule Mahot avec la société de production de Canal 32, pour se voir présenter leur savoir-faire et échanger sur nos besoins.
 
Afin d’être représentatif de la diversité de notre arrondissement, il peut être construit de la sorte :
Pitch de deux minutes synthétisant notre arrondissement de façon dynamique, positive, montrant le territoire sous les angles suivants :
1 : Les services publics en général : l’éducation avec les petites écoles, les collèges, les lycées et les centres de formation continue ;
2 : La vie associative, culturelle : cinémas, théâtres, restaurants, espaces de loisirs et sportifs (piscines, foot, aviron…) ;
3 : La vie économique : entreprises phares, entreprises innovantes, artisanats d’art, commerces et services ;
4 : Le patrimoine naturel : Vallée de la Bassée, de la Seine ;
5 : Le patrimoine historique et culturel : château, musée, artistes ;
6 : La santé en général : cliniques, hôpitaux, maisons médicales, seniors et grand âge.
Pourront s’y adjoindre des modules complémentaires plus détaillés sur chacun des 6 points en forme de focus.

-   Créer un parcours de découverte de l’arrondissement :
Ce point n’a pas été réellement développé en réunion, à suivre donc.
 
-   Valoriser les réalisations brillantes, parcours de salariés, parcours d’entreprises :
Cette action est maintenant reliée à l’action 1B, des liaisons fortes entre valorisation, transmission et l’esprit d’ambassadeur sont clairement apparus lors de la réunion de mi-parcours.
 
 
Action 1B : Copilotes Isabelle QUERLEU (ESC Troyes) et Nadine COLLERY (LP Diderot)
 
Plusieurs réunions ont eu lieu entre les membres de cette action.
 
-   Un tableau du patrimoine humain a été dressé sous 6 thématiques afin de mettre en valeur, lors d’une réunion annuelle, apprentissage et scolarité, associatif, sportif, culturel et artistique, professionnel, politique (à titre d’exemple, citons Frédéric KOWAL – champion olympique en aviron, Monsieur Michel Soufflet, Monsieur François BAROIN…) :
Le projet d’événement pourrait se présenter sous la forme suivante : création d’une association du patrimoine humain de l’arrondissement.
Un parrain ouvre la séance conviviale annuelle se concluant par la remise d’un titre d’ambassadeur. Des personnalités issues et/ou vivant sur le territoire sont conviées à une réunion annuellement, tenue par des chefs d’entreprises, des établissements scolaires. Les jeunes issus de l’arrondissement et dont le parcours est validé par une grille de sélection (résultat scolaire, savoir-être, investissement associatif) sont conviés pour être mis à l’honneur par leur territoire, cette réunion leur est dédiée. Ils se voient remettre un symbole de la reconnaissance du territoire à leurs efforts et deviennent membres de l’association ; ils sont conviés les années suivantes pour faire part de leur parcours et à leur tour passer le témoin aux nouveaux lauréats.
Le lieu serait tournant, le lycée DIDEROT serait candidat à une première manifestation en juin 2017.
Un des enjeux est d’identifier un certain nombre de personnalités qui représentent des valeurs sur différents angles. Monsieur ROSSIGNOL sollicitera donc les membres du COPIL pour avoir une réflexion commune, afin de faire un maillage intergénérationnel.
 
 
•  Groupe II : Emploi et Formation (Référente : Cristelle CHOISELAT)
 

Action 2A : Pilote Christophe Caillauld (Agence Randstad) 
 
-   Accompagnement du conjoint d’un nouveau collaborateur vers une intégration professionnelle réussie :
Une première rencontre s’est tenue sur ce sujet, une remontée des informations est en cours, afin de visualiser les bonnes pratiques, ailleurs en France.
Il est envisagé de solliciter prochainement les entreprises, afin de voir leurs besoins réels en la matière et de construire un cahier des charges, pour éventuellement créer ou sous-traiter à une société ou structure spécialisée, l’accompagnement des conjoints pour soulager les services RH des entreprises qui, souvent, s’en chargent de manière individuelle et empirique.
 
-   Fortifier l’accompagnement et l’intégration des nouveaux salariés :
Une base de données va être créée et mise à disposition des entreprises via leur branche, les consulaires, sur un modèle de livret d’accueil type, auquel chaque entreprise pourra ajouter ses propres caractéristiques, si elle en a, notamment pour faciliter la vie des TPE qui n’ont pas de service RH. L’enjeu étant de réussir l’intégration des nouveaux salariés dans notre région.
 
                                                   
Action 2B : Pilote Christophe DESMOULIERE (Société ALCEVI)
 
-   Faciliter le travail des femmes :
Une réflexion sur une crèche d’entreprises a été évoquée avec un porteur de projet d’implantation d’entreprises sur Romilly. Ce projet avance et les principales entreprises seront sollicitées pour une rencontre avec les collectivités qui pourraient accompagner ce projet. Nogent, autre bassin d’emplois important, ne semble pas avoir besoin d’un tel dispositif, à confirmer par une enquête prochainement adressée.
 
-   Développer des facilités pour les déplacements vers Paris et le covoiturage :
Une étude « mobilité » est cours par la DIRECCTE de l’AUBE, les résultats de cette enquête permettront de visualiser les solutions qui pourraient émerger. Une invitation de Madame la Préfète et du Grand Troyes nous parviendra prochainement pour une restitution de cette enquête le 8 juillet prochain, permettant aux acteurs du territoire de réfléchir à partir des pistes soulevées, et de proposer des moyens adaptés et des solutions.
 
-   Créer un atelier « comment s’organiser pour travailler » :
La proximité de temps entre la constitution du groupe et le Forum Emploi n’a pas permis de travailler cet axe, dont le but est de pouvoir concilier la vie privée et la vie professionnelle. Il sera donc étudier dès la rentrée pour l’édition 2017 du forum (date à confirmer).
 
 
Action 2C : Copilotes Sophie VIVET (Agence MANPOWER) et Nadine COLLERY (LP Diderot)
 
-   Faire le lien et un avenir possible ici :
Un essai a été opéré lors du dernier Forum Emploi de Romilly avec une présentation conjointe centre de formation / jeune embauché et employeur, porteur d’avenir. Cela a permis de donner une vision positive des parties prenantes ; malheureusement l’audience était un peu faible (une vingtaine de personnes). Une étude doit être faite avec le centre de formation pour mesurer le taux de retour.
 
-   Développement du secteur de l’insertion :
Pas d’avancée. Ce sujet n’a pas encore été traité.
 
-   Organiser des visites d’entreprises :
En lien avec le CIO, il est programmé à la prochaine rentrée une visite d’entreprises phares de l’arrondissement par leurs COP (ceux qui orientent nos jeunes). Cela permettra de leur offrir une vision complémentaire du tissu économique local et de la diversité des postes à pourvoir pour les aider à mieux en parler aux jeunes.
  
-   Accentuer la transmission des savoir-faire :
Un lien avec les OPCA est nécessaire. A ce jour, il est difficile de les joindre en raison de la réforme de la formation, à suivre.
 
-   Faciliter l’intégration des jeunes dans les entreprises :
La Mission Locale travaille activement sur l’esprit de l’accompagnement en formant des binômes jeune/chef d’entreprise. La prochaine assemblée générale permettra de visualiser le taux de retour et de mobiliser les chefs d’entreprises à cette action, l’UPREN étant présente au conseil d’administration de cette association.
Cette démarche fonctionnait déjà il y a quelques années, mais avait cessé faute de subvention. De nouveaux budgets existent pour les Missions Locales qui ont pu se positionner. Au-delà de ça, une réflexion est à construire sur l’accompagnement des employeurs dans la fonction d’intégration d’un nouveau salarié, sur le parcours d’intégration dans l’entreprise, sur la création d’un environnement propice à l’apprentissage et à l’attente des entreprises. Ce n’est pas toujours prévu dans le projet de recrutement de certaines entreprises. L’incompréhension de certains chefs d’entreprise avec la nouvelle génération Y peut également être un frein à l’intégration ; cette génération peut sembler « compliquée », mais elle peut néanmoins se révéler exemplaire quand on l’écoute et que l’on valorise son travail. Le pendant de cet encouragement à l’accompagnement des entreprises, c’est aussi de travailler avec les jeunes sur le savoir-être et sur leurs motivations.
 
 
Action 2D : Pilote Frédéric REUILLARD (Agence NORTON)
 
-   Créer des synergies entre les organismes de formation, les écoles et les entreprises :
Faute de temps, ce point n’a pas été abordé.
 
-   Inviter les entreprises aux journées portes ouvertes :
Un courrier à l’en-tête GTEC sera édité pour répertorier les journées portes ouvertes sur l’arrondissement, afin de proposer aux entreprises une rencontre et une visite des lieux.
La cartographie des formations via un portail général permettra aussi aux entreprises de voir le panel des formations dispensées.
 
-   Accompagner et former de manière plus adaptée :
Une réunion a eu lieu en début d’année sur le projet de GEIQ (Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification) en présence du GEIQ BTP. Compte tenu de l’évolution réglementaire possible, une seconde sera proposée à l’automne avec les OPCA pour travailler ce volet stratégique dans le renouvellement des compétences.
Le GEIQ des Ardennes se propose de parrainer cette création, un soutien juridique serait apporté par une doctorante en droit basée à Reims.
 
 
Action 2E : Pilote Doris VERMIGON (AFPA)
 
-   Inventaire des formations :
En lien avec la Région, des dispositifs d’information existent (carif, oref). Il convient maintenant de faire passer les informations via les réseaux et les OPCA invités, mais absents pour cause de mise en place du CPF notamment. Il faut avoir une clé d’entrée unique pour savoir tout ce qui est dispensé, à nous de voir comment les diffuser, en particulier auprès de TPE qui ne sont pas structurées, au contraire des grandes entreprises qui disposent d’un service RH.
 
-   Recibler les entreprises interviewées et les rapprocher des interlocuteurs clés :
Une réunion avec les OPCA est indispensable mais n’a pu encore se tenir faute de temps, à suivre donc. Cette réunion pourrait faire partie d’un ensemble plus grand (DIRECCTE - POLE EMPLOI) sur les nouvelles aides à l’embauche. Il convient de reprendre contact avec les entreprises interviewées pour connaître leurs besoins, les formations particulières à voir avec les chambres consulaires.
 
On est sur des sujets d’ingénierie selon la DIRECCTE. Il faut bien qualifier le besoin des entreprises et le traduire en scénarios de formation, ce qui n’est pas évident. Il existe un lien étroit avec la Région et les OPCA.
Il existe un nouvel outil de conseils RH qui a pour objectif l’accompagnement des entreprises dans leurs problématiques RH : identification des besoins de compétences à partir des axes de travail possibles, accompagnement individuel du chef d’entreprise ou de son RH, accompagnement interentreprises ou problématique partagé par plusieurs entreprises sur un territoire donné ou une branche ou un métier. La phase de lancement de cet outil consiste à adresser une invitation à l’ensemble des prestataires en capacité d’assurer cette activité d’accompagnement des entreprises. En phase de démarrage des référencements de ces prestataires, qui doivent répondre à un cahier des charges précis, dossier à déposer auprès de la DIRECCTE. Une fois ces consultants référencés, on pourra entrer dans la phase concrète d’accompagnement des entreprises.
L’enjeu est de pouvoir, au plus près des territoires, partager les problématiques principales sur lesquelles il pourrait être intéressant de réfléchir et de construire une réflexion concertée, et d’identifier les entreprises qu’il faudrait orienter vers ces accompagnements.
 
 
Action 2F : Copilotes Isabelle QUERLEU (ESC Troyes), Farida HACHICHI (CIO) et Rémi BARDEAU (CFDT)
 
Action non encore traitée faute de temps, à reprogrammer.
 
 
•   Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)
 
Groupe hétérogène et complémentaire animé par un très bon état d’esprit et la volonté de travailler ensemble. Deux réunions plénières du groupe et réunions en sous-commissions tenues selon la feuille de route indiquée par le COPIL. Intéressant de voir les pistes et les éléments « moteur ». Les sujets étant très vastes, il a fallu axer sur le concret.
  
Action 3A : Copilotes Dominique CHUFFART (SNCF Développement) et Xavier COLSON (Cabinet ALTHIMA)
 
-   Créer un fichier des offres foncières globales partagées avec des couches superposées :
Aube Développement dispose déjà du bâti et du non bâti. Il manque donc l’offre commerciale.
 
-   Connaître la volonté politique du territoire :
Enquête par un cabinet spécialisé des élus et leaders départementaux et régionaux pour avoir leur vision du développement économique de notre bassin d’emplois : budget estimé entre 12 et 26.000 €.
Les élus précisent qu’ayant des objectifs différents, il sera peut-être délicat de donner une idée globale sur le territoire.
Le COPIL donne son accord de principe pour la réalisation de cette enquête, mais il appartiendra au Groupe IV d’analyser la partie budgétaire.
 
-   Créer une école de formation de pilotage des drones :
Projet d’école de formation pour professionnels pour apprendre à piloter des drones. Marché du drone en forte évolution, notamment dans le secteur de l’agriculture.
Projet innovant qui peut aller au-delà de notre bassin d’emplois et intéresser la Région et la Grande Région qui recherchent de nouvelles formations avec les chambres consulaires et les professionnels. L’intérêt de passer par la GTEC est peut-être d’émerger un brevet professionnel pour utilisation des drones. Il faut mettre en lien ce projet innovant avec les intervenants de la formation sur une structuration pédagogique. Pourquoi ne pas conjuguer également une recherche d’implantation d’une entreprise qui fabrique des drones ?
L’enjeu de la GTEC est de mettre en évidence les vecteurs d’attractivité et d’innovation. L’intérêt est que le travail de réflexion produit fasse émerger des projets qui auront leur propre vie.

Pour le financement de ces projets, il y aura d’autres moyens que le budget de la GTEC. Il ne faut donc pas freiner les projets, les financements pouvant être trouvés en se coordonnant entre l’UPREN, porteur de la GTEC, l’Europe, l’Etat, la Région et les collectivités locales. La convention SNCF Développement constitue une opportunité d’avoir des financements supplémentaires, qu’il faut étudier avec tous les partenaires.
Comment pérenniser un organe économique sur le territoire qui pourrait recueillir les projets ?
Peut-être que ces projets pourraient être transférés à l’UPREN ? Il faut effectivement trouver un pilote chargé de les faire vivre en lien avec les acteurs réunis autour de la GTEC.
Interrogé en sa qualité de Vice-président de l’UPREN, Monsieur ROSSIGNOL indique que cela fait effectivement partie du rôle et de l’arbitrage de l’UPREN, mais qu’il faut obtenir au préalable l’approbation de ses organes décisionnaires (Bureau, Comité exécutif et Assemblée générale).
 
 
Action 3B : Pilote Doris VERMIGNON (AFPA)
 
L’UPREN est adhérente au GERONTOPOLE de Reims qui œuvre dans le domaine de la SILVER ECONOMIE.
Cette sous-commission « souffre » car le thème s’avère très large, dans la mesure où il concerne aussi bien l’habitat, que les loisirs, le tourisme, les transports, l’alimentation spécifique, l’assurance, l’assistance téléphonique… Il faut donc se recentrer sur le secteur économique du « grand âge » qui est moteur d’emplois et ne pas s’éloigner du livrable.
L’un des intérêts est qu’il y a « des clients », notre bassin de vie étant touché par le vieillissement et aujourd’hui peu appréhendé par les notions transversales sur le territoire. Population en demande et dont on ne se préoccupe pas trop.
Selon la DIRECCTE, l’enjeu est d’intégrer des emplois sur le territoire en s’appuyant sur les initiatives qui existent déjà et en associant les acteurs qui sont liés à ce thème.
Parallèlement, il est proposé d’organiser une visite du laboratoire de recherche de l’UTT de Troyes qui conçoit un aménagement de l’habitat complètement innovant avec toutes les technologies nouvelles connectées pour l’hébergement collectif ou individuel.
Un appel à candidature est lancé auprès des membres du COPIL pour rejoindre Doris VERMIGNON sur ce groupe action.
 
 
Action 3C : Copilotes Anne CORSO (CNPE de Nogent) et Didier FEVRE (Cabinet ANAU)
 
En complément des travaux du groupe action 3A.
 
-   Dresser une cartographie des entreprises des 3 filières d’excellence recensées sur le territoire : agroalimentaire, énergie et bâtiment ;
 
-   Enquêter auprès des autres entreprises locales pour la compléter, pour connaître leurs besoins en formation et les initier à la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) :
 
Il est rappelé que le forum « entreprises » du 15 juin, organisé par la centrale nucléaire de Nogent en collaboration avec les CCI et l’UPREN, matérialise bien l’attachement d’EDF à vouloir travailler avec les entreprises locales et à faire fonctionner l’économie de proximité.
Il faut également attirer les jeunes générations par l’économie circulaire (économie du recyclage).
 
-   Transférer le dossier de la fibre aux collectivités :
Initialement attribué à cette commission, il est proposé d’écarter le thème de la fibre, puisque ce sujet est porté par toutes les collectivités pour sa classification en « intérêt général ».
En revanche, même s’il est sorti du champ d’action de la GTEC, il est néanmoins opportun de faire savoir que ce dysfonctionnement représente une menace au niveau économique pour les projets potentiels d’implantation sur la zone AEROMIA. Il semblerait que ce problème concerne davantage l’aspect financier des nouvelles installations par les opérateurs que l’aspect technique puisqu’il y a montée en débit et montée en fibre. Tous les sous-centraux sont équipés. Il n’y a que les élus qui ont le pouvoir de répondre sur ce sujet.

Deux pistes de réflexion sont néanmoins avancées :
.    Mettre en place un système de coworking : il s’agit d’une forme de télétravail en dehors du lieu traditionnel de l’entreprise dans un bâtiment dédié, mais notre territoire a-t-il une taille suffisante pour avoir ce type de bâtiment ?
.    Créer 2 ou 3 zones équipées du haut débit pouvant accueillir de nouvelles entreprises.
Ce dysfonctionnement pose également problème pour les formations dispensées à distance et pour les vidéoconférences organisées dans les entreprises.
 
-   Transférer le dossier de la ligne 4 aux collectivités :
Au même titre que le haut débit, la ligne 4 est un thème stratégique pour le territoire. Le dossier semble avancer favorablement. Le système d’électrification devrait être installé après le rehaussement de certains ponts. Le changement de matériels ferroviaires devrait améliorer aussi la qualité du trafic. Il faudrait que les horaires des trains correspondent bien aux besoins des entreprises et des salariés.
Il conviendrait également d’organiser des navettes au départ des gares de Nogent et de Romilly pour desservir les entreprises locales, et/ou développer l’Autolib ou le Vélib.  Ce thème pourrait alors être rattaché à l’attractivité du territoire, dans la mesure où ces systèmes de mobilité pourraient répondre aussi bien aux besoins des entreprises qu’à ceux des habitants, en général.
 
 
Action 3D : Copilotes Pierre PONT-COSSON (ECS GROUPE SERVICES) et Georges BELL (USSE)
 
Il s’avère très compliqué de mettre en lien les cédants d’entreprise et les repreneurs pour des raisons de confidentialité, malgré l’existence d’un certain nombre d’intervenants qui œuvrent en la matière.
 
-   Jouer le rôle d’intermédiaire entre les cédants et les repreneurs potentiels :
La sous-commission propose que l’UPREN joue le rôle d’intermédiaire sous couvert d’un accord de confidentialité signé avec l’UPREN.
 
-   Communiquer sur l’existence d’un comptoir local :
La sous-commission propose :
.    L’envoi d’un courrier aux acteurs qui interviennent dans le domaine de la reprise et de la transmission de sociétés, tels que les syndicats patronaux, clubs professionnels, accompagnants financiers, cabinets professionnels, notaires, chambres consulaires, Pôle Emploi, grandes écoles… ;
.    Le référencement sur le site de l’UPREN avec un lien à partir de Google ;
.    La création d’une affiche annonçant l’existence d’un comptoir local et la démarche à suivre.
Le COPIL donne son accord à l’unanimité pour l’envoi d’un courrier signé par l’UPREN, ainsi que pour l’intégration d’une page dédiée sur le site de la GTEC et la création d’une affiche.
 
 
Action 3E : Co-pilotes Véronique GRAND (CNPE de Nogent) et Rieule MAHOT (Office du Tourisme)
 
Le 1er postulat était que le grand carénage prévu à la Centrale nucléaire de Nogent à partir de 2017 allait susciter d’importants besoins en matière d’hébergement, mais le 2ème postulat est que le besoin ne sera pas aussi significatif que prévu.
 
-   Retravailler sur les besoins liés à la saisonnalité et au tourisme, et sur le manque d’hébergements permanents en moyen et haut de gamme :
 
Au regard de l’Etat, cette problématique est très importante pour l’attractivité du territoire. Il y a là un enjeu dont les collectivités locales se saisissent. Il faut encourager la création de zones résidentielles et de zones réservées aux entreprises et promouvoir des logements qui soient en adéquation avec les besoins.

Il faut s’interroger sur la volonté de montée en gamme, le collectif haut de gamme manquant également sur notre territoire. Ce point est à creuser, car il pourrait concerner une demande des cadres recrutés par des entreprises locales qui souhaitent emménager sur le bassin. Le manque d’hébergement correspondant à leur attente pourrait constituer un frein à leur installation. Une enquête à ce sujet pourrait être faite auprès des entreprises locales pour avoir un retour sur leur vécu et les difficultés rencontrées, avec une grille d’analyse permettant de mettre en place les mesures correctives.
Ce besoin n’a peut-être pas été suffisamment analysé lors du diagnostic. Il faut être en capacité de réunir les données relatives à l’offre de logements et leur typologie sur le territoire. Il pourrait être intéressant de trouver, en la matière, les données d’un territoire ayant le même profil que le nôtre avec une répartition par type des logements.
Parallèlement, une enquête pourrait être menée auprès des nouveaux arrivants sur le territoire lors des cérémonies d’accueil organisées par les mairies, pour lister les demandes de logements qui n’ont pu aboutir et les raisons de ces échecs.
 
-   Elargir la sous-commission aux acteurs œuvrant dans le domaine de l’hébergement :
Une réunion pourrait être organisée en associant de nouveaux membres au groupe action pour recenser leurs problématiques et le parc d’hébergements disponible : maires, présidents des communautés de communes, bailleurs sociaux, agents immobiliers, notaires, investisseurs privés, entreprises locales, MSA services…
Cette idée est partagée par le groupe I. Une réunion de coordination semble nécessaire entre les copilotes du groupe I (hébergement permanent) et du goupe III (hébergement courte durée). 
 
 
Comité de suivi de l’avancée des actions

 
Le Secrétaire Général de l’UPREN informe les membres qu’une réunion du Groupe IV est programmée à l’issue du présent COPIL.
 
 
Avant de clôturer la réunion, les membres s’accordent pour la programmation du prochain COPIL le Mercredi 16 Novembre 2016 de 9 h 00 à 12 h 00, lequel sera suivi d’une réunion du Groupe IV.

5ème réunion du Comité de Pilotage GTEC ADN du Mercredi 8 Juin 2016 à 9 h 00 - Ordre du jour -

  • 9 h 00 : Accueil des Membres du COPIL GTEC ADN
     
  • 9 h 15 : Rappel et synthèse des travaux de l’année 1
                     
  • 9 h 30 : Présentation par les référents respectifs de l’avancée des travaux des 4 groupes :
 
Groupe I : Valorisation et Attractivité du territoire (Référent : Xavier ROSSIGNOL)
 
Action 1A - ORGANISER DES ACTIONS COLLECTIVES DE VALORISATION DE L'ARRONDISSEMENT 
Action 1B - UTILISER LA MIGRATION PROFESSIONNELLE COMME VECTEUR DE COMMUNICATION 
 
Groupe II : Emploi et Formation (Référente : Cristelle CHOISELAT)
 
Action 2A - FACILITER ET ACCOMPAGNER L’INTEGRATION PROFESSIONNELLE 
Action 2B - MUTUALISER DES SOLUTIONS POUR FACILITER L’EMPLOI 
Action 2C - FAVORISER L’EMPLOI DES JEUNES 
Action 2D - ADAPTER LA FORMATION AUX BESOINS DU TERRITOIRE 
Action 2E - REPERTORIER ET VALORISER L’OFFRE DE FORMATION 
Action 2F - INNOVER SUR LE RENOUVELLEMENT DES COMPETENCES 
 
Groupe III : Développement économique du territoire et accompagnement des entreprises (Référent : Didier PERROT)
 
Action 3A - CREER UN COMITE DE "SEDUCTION COMMERCIALE" 
Action 3B - ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DE LA SILVER ECONOMIE
Action 3C - FAVORISER LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DES ENTREPRISES LOCALES 
Action 3D - PROMOUVOIR LA REPRISE D'ENTREPRISE  
Action 3E - ADAPTER L’HEBERGEMENT A L’EVOLUTION DES PROJETS SUR LE TERRITOIRE 
 
Groupe IV : Suivi, Appui et évaluation de l’action GTEC ADN (Référent : Alexandre MERLE)
 
  •  10 h 30 : Pause
     
  • 10 h 45 : Echanges sur les actions identifiées par chacun des groupes et groupes actions
     
  • 11 h 15 : Priorisation des actions à mettre en œuvre par chaque groupe et calendrier prévisionnel
                     
  • 11 h 45 : Programmation de la date de la prochaine réunion de COPIL

Aussi disponible en version word